La beauté, un concept à redéfinir

 
 

Série : Transformer l’industrie cosmétique un geste à la fois

 

Cette série d’articles explore la manière dont peut être revisitée l’industrie cosmétique à travers différentes questions : contenu et prix des produits, achat local, traitement éthique des animaux et standards de beauté présentés par les compagnies.

 
 
 
amanda-dalbjorn-518408.jpg
 
 
 

Une bonne manière de faire des choix éclairés en tant que consommatrice de produits cosmétiques, serait d’encourager des entreprises qui proposent des modèles à l’apparence physique diversifiée. La raison pour laquelle les médias nous montrent souvent des gens avec une apparence semblable et vraisemblablement inatteignable pour beaucoup, est qu’en créant un idéal de beauté difficile (lire, souvent impossible !) à atteindre, on s’assure de créer une demande de produits. Puisque peu de personnes ressemblent aux mannequins des publicités, un plus grand nombre de personnes sera tenté de rejoindre le modèle présenté. Cela est valable non seulement pour l’industrie cosmétique, mais pour beaucoup d’entreprises qui tentent de vendre des biens, produits et services liés à l’apparence. 

 
 

En ce sens, il est fréquent de voir des personnes dépenser leur argent ou essayer toutes sortes de cures, de recettes miracles, pour avoir l’apparence de leurs rêves. D’ailleurs, c’est scientifiquement démontré : consommer des médias a de nombreuses conséquences néfastes pour la santé mentale,. Plus une femme consomme des médias présentant des standards de beauté féminins rigides, voire objectivés et sexualisés, plus elle ressent de symptômes dépressifs, souhaite modifier son apparence, a de troubles alimentaires, valorise son apparence au détriment de ses compétences, etc. 

 

"Nous demandons à être représentées par des femmes qui nous ressemblent davantage."

 

En boudant les compagnies qui montrent toujours le même modèle féminin – jeune, mince, ayant « les bonnes courbes à la bonne place », au sourire hollywoodien, à la longue chevelure, aux grands yeux, maquillée, etc., on leur envoie le message que nous demandons à être représentées par des femmes qui nous ressemblent davantage. Heureusement, de plus en plus de campagnes, d’organismes et même de compagnies, s’intéressent à la question d’une image corporelle saine et diversifiée. 

 
 
 
photo-1516914732286-be0327632ce4.jpeg
 
 
 

En tant que consommatrice et que personne, on a aussi le choix de redéfinir la beauté comme synonyme de bien-être. Pourquoi est-ce que la santé sous toutes ses formes, le fait de prendre soin de soi, et le fait de miser sur ses qualités, ne pourraient-ils pas devenir la nouvelle définition de la beauté ? Dans cette optique, mettre davantage d’énergie sur ses compétences, qui sont habituellement plus stables dans le temps, pourrait nous faire sentir mieux dans notre peau que de miser sur l’apparence physique, qui tend à changer davantage.

Après tout, n’avons-nous tous pas déjà croisé quelqu’un correspondant aux standards de beauté proposés par l’industrie cosmétique, mais qui manquait de confiance en soi et avait plein de complexes liés à son physique ? À l’inverse, il existe aussi des personnes au physique atypique qui savent charmer de par l’originalité de leur discours, leur vivacité d’esprit, leur sens de l’humour ou leur présence, tout simplement.

 
 

Éliane Dussault

Éliane est candidate au doctorat en sexologie. Elle étudie notamment le rôle de la présence attentive en lien avec la sexualité de populations adultes. Elle a à cœur le mieux-être et la santé des individus dans toutes les sphères de leurs vies et c’est d’ailleurs cette même vocation qui l’a poussée à écrire sur le sujet des cosmétiques biologiques. Éliane écrit également sur le blogue d’Evive smoothie, une compagnie locale qui a pour mission de donner le pouvoir aux gens de mieux s’alimenter.

Lire ses articles ici

 

Découvrir la série