La taxe rose, vous connaissez?

 
 
zixuan-fu-405551-unsplash.jpg

Depuis quelques années déjà, on entend parler de la taxe rose. Il s’agit de vendre des produits similaires – vêtements, produits d’hygiène et de cosmétique, etc. – plus chers aux femmes qu’aux hommes. Une étude publiée en 2015 à New York démontre que 42% des produits ayant des versions spécifiques pour hommes ou pour femmes, étaient vendus plus chers aux femmes (contre 18% de ces produits étant vendus plus chers aux hommes).

Voici, en moyenne, le coût supplémentaire à débourser pour les produits vendus aux filles et aux femmes :

  • 7% pour les jouets et accessoires

  • 4% pour les vêtements pour enfants

  • 8% pour les vêtements pour adultes

  • 13% pour les produits d’hygiène et de cosmétique

  • 8% pour les produits de soins de santé pour les personnes âgées

En moyenne, les femmes paieraient 1 351$ de plus par année pour se procurer les mêmes produits que leurs pendants masculins. Précisons qu’alors que certaines lois existent dans certains pays ou états pour réglementer la différence de prix entre les produits, aucune loi de ce type n’existe au Canada pour l’instant.

Bref, ça coûte cher d’être une femme!

Avant de faire ses achats, on peut s’assurer 1) d’acheter les versions masculines des produits (comme dans le cas des rasoirs), 2) d’encourager des compagnies qui vendent leurs produits à même prix pour les femmes et les hommes (lorsque, par exemple dans le cas des vêtements, il peut être plus difficile d’acheter les produits pour hommes) ou 3) d’acheter plus de produits unisexes.

 

Éliane Dussault

Éliane est candidate au doctorat en sexologie. Elle étudie notamment le rôle de la présence attentive en lien avec la sexualité de populations adultes. Elle a à cœur le mieux-être et la santé des individus dans toutes les sphères de leurs vies et c’est d’ailleurs cette même vocation qui l’a poussée à écrire sur le sujet des cosmétiques biologiques.

Lire ses articles ici