Tout savoir sur le moringa, cette plante ultranutritive qui va faire de l’ombre au matcha

 
 

Ce billet est tiré de l’article de Madame le Figaro du 30 août 2019 rédigé par Tiphaine Honnet.

 
 

Antioxydant, antiviral, bon pour pour le cœur… Le moringa est plébiscité par le gratin healthy pour ses nombreuses qualités nutritionnelles. À tel point que la plante fleurit sur les étagères des magasins bio, mais également dans nos jus et nos assiettes. Qu’en est-il vraiment ? On fait le point avec deux experts.

 

« L’arbre de vie », « L’arbre de miracle », « Le meilleur ami de la mère », ou encore « L’arbre qui ne meurt jamais »… Autant de dénominations flatteuses pour désigner le moringa (moringa oleifera, NDLR), cet arbre originaire des contreforts de l’Himalaya, connu pour résister à la sécheresse et pouvant mesurer jusqu’à 10 mètres de haut. Cultivée principalement en Inde, aux Philippines, en Afrique, en Amérique du Sud et en Floride, la plante est comestible dans son intégralité, de la racine aux graines, en passant par les gousses, les fleurs, les feuilles et les écorces.

Des ingrédients largement utilisés dans la médecine traditionnelle ayurvédique, mais aussi dans les pays défavorisés pour lutter contre la malnutrition. Is moringa the new matcha? Décryptage avec Valentine Cabanel, docteure en pharmacie et naturopathe à Paris et Nîmes, et Hafid Halhol, médecin nutritionniste (1).

 

Des acides gras bons pour le cœur

Difficile de parler de superaliment pour le médecin nutritionniste Hafid Halhol. « Aucune étude pharmacologique du moringa n'a été effectuée sur l’homme, seulement sur les animaux, nuance le spécialiste. En revanche, il existe quelques travaux scientifiques sur les effets indirects des nutriments contenus dans la plante. » À commencer par la composition en lipides de ses graines qui avoisine les 31%, selon une étude réalisée par des chercheurs camerounais et publiée en mai 2019 dans le journal scientifique Food Science and Nutrition. Semblable à l’huile d’olive, chaque graine de moringa contient en effet des graisses mono-insaturées, autrement dit des bons acides gras réputés pour faire augmenter le bon cholestérol tout en faisant baisser le mauvais et donc protéger l’organisme des maladies cardiovasculaires. « Contrairement aux graisses d’origine animale comme le beurre, elle ne contient pas d’acides gras saturés, connus pour boucher les artères », précise le médecin nutritionniste.

Un complément idéal pour les végétariens et les sportifs

Les graines de moringa oleifera sont une source considérable de protéines, comme le rapporte le Dr Hafid Halhol. Ces protéines végétales, indispensables à la construction des tissus musculaires, contiennent neuf acides aminés essentiels qui ne peuvent pas être synthétisés directement par le corps, souligne la docteure en pharmacie et naturopathe Valentine Cabanel. « Sa teneur en protéines est quasiment aussi élevée que celle de la spiruline, soit 20 à 25 gr pour 100 gr de moringa », détaille la spécialiste. Ce qui en fait un aliment de prédilection pour les végétariens et les sportifs.

Des vertues antioxydantes

L'autre atout du moringa est sa richesse en antioxydants. Vitamine A, C et E… « Ces micronutriments luttent contre le stress oxydatif et vont pièger les radicaux libres, des substances qui favorisent le vieillissement des cellules », explique le Dr Valentine Cabanel. « Une étude scientifique américaine de 2015 démontre que les feuilles sont la partie du moringa la plus complète en antioxydants », ajoute le médecin nutritionniste Hafid Halhol.

Dopeur d'immunité

Une fois la rentrée passée et l'automne bien installé, un coup de froid peut vite se transformer en un gros rhume. Grâce à son cocktail en vitamines et minéraux, le moringa permet de renforcer le système immunitaire, conclut la docteure en pharmacie et naturophathe. Il contient notamment de la vitamine C qui va rebooster l'organisme durant cette baisse de régime et du fer qui oxygène le sang.

Fortifie les os

Source de calcium, le moringa contribue aussi à développer et renforcer le squelette. « C’est important pour stimuler la croissance des enfants et aider les personnes âgées souffrant d'ostéoporose », indique la docteure en pharmacie et naturopathe Valentine Cabanel.

Allié des cuissons

Lorsque les graines et les gousses qui l'entourent sont transformées en huile, cette dernière au goût léger de noisette supporte les hautes températures. « Elle est plus stable que l'huile d'arachide et de tournesol pour la cuisson et ne s'oxyde pas», confirme le Dr Hafid Halhol. »